Aujourd’hui je vais vous faire découvrir une initiative datant de la fin des années 80’, qui perdure de nos jours et qui a porté de très nombreux et bons fruits ! Enfin, en l’occurrence il s’agirait plutôt de légumes, mais cela je vous l’expliquerai un peu plus loin…

De quoi parle-t-on au juste ?… D’une association, nommée « PARENTHESE » créée en 1989 par Paul Collet et Catherine Robinet, à Toulaud en Ardèche et plus précisément à la ferme des Ufernets, lieu encore existant et actif à ce jour, toujours sous la coupe de l’association.

Ce Monsieur Collet qui était un curé, et Madame Robinet, avaient décidé de créer en ce lieu un endroit d’accueil et d’insertion par le travail, pour les sans-abris et exclus de la société qu’ils rencontraient. En outre, celui de la terre avec des jardins potagers. Une poignée de personnes bénévoles s’y activaient et étaient logées sur place. Actuellement, Parenthèse compte une cinquantaine de bénévoles à l’implication et aux talents aussi riches et divers que sont les besoins. Ceux-ci viennent en appui d’une structure qui emploie des personnes à temps plein, 70 salariés dont 30 permanents.

2014-10-24 13.47.16
L’équipe encadrante de Graine de Cocagne, jardin de l’association Parenthèse, et notre guide bénévole Paul (à droite) !

Dés lors, l’emploi et le logement solidaires sont les piliers centraux et l’objet de l’activité d’accompagnement de l’association Parenthèse.

Au fil des années, l’association a grandi et s’est professionnalisée. Elle a ainsi largement diversifié ses activités, toujours en lien avec les besoins des bénéficiaires au fur à mesure que ceux-ci évoluaient et se faisaient sentir. Ce, toujours dans le souci de servir l’humain et leur vision d’entraide. Ainsi l’activité économique est sans cesse développée dans le respect de la personne et de l’environnement.

Il y a une logique dans tout cela : Respecter l’environnement dont on travaille les terres et desquels on tire les fruits du labeur, …ces richesses servant elles-mêmes au soin de la personne. A savoir la nourrir, et bien plus l’épanouir au contact d’un travail sain parce que physique, au grand air, riche d’apprentissages et de découvertes par ses tâches variées. Un travail au rythme des saisons et donc…un rythme à échelle humaine.

Si le rythme se veut si cohérent avec celui de la nature comme celui de l’humain, c’est certainement parce qu’un point majeur dans l’application de la vision de l’association est que l’activité économique est un moyen, un outil, et non un but.

Personnellement, le temps passé sur un des sites de l’association m’a justement offert une belle « parenthèse » dans ma journée. Au-delà du jeu de mot _oui bon facile !_, cette rencontre avec l’équipe, cette visite des serres et des champs m’a offert une vraie bulle d’oxygène. Cela vous donne peut-être l’image clichée de la citadine endurcie qui ne sort pas beaucoup des sentiers goudronnés ! Mais non, rien de cela (j’habite à la campagne, je sais faire la différence entre un concombre et une courgette, j’aime les blettes et je sais conduire un tracteur et labourer, na !). J’ai réellement eu l’impression que le temps s’arrêtait…euh non, que le temps roulait à sa juste vitesse, et c’était réellement (d)étonnant et bien ! Si je vous raconte ma petite histoire bucolique, c’est principalement pour souligner que la vision développée par l’association va au-delà des statuts et des slogans sur le papier… ça m’a rassurée et enjouée, pas vous ?

Alors revenons à notre sujet. Les activités de l’association Parenthèse en termes de solidarité de l’emploi et du logement se développant, ainsi que les liens avec d’autres associations actrices sur ces terrains, plusieurs associations se sont unies pour fonder le GROUPE L. au printemps 2014 : ASCISE (Association pour la Construction Innovante Solidaire et Ecologique, une association créée par Parenthèse agréée « Atelier et Chantier d’Insertion »), Entraide & Abri (aide à l’accès au logement durable) et Parenthèse, trois structures de l’Economie Sociale et Solidaire Drôme-ardéchoises _ oui on est fières !.

Le siège social du Groupe L se trouve à Toulaud et c’est là que se concentre le pôle habitat, géré conjointement par Parenthèse et Entraide et Abri. L’association regroupe plusieurs activités disséminées en Drôme et en Ardèche. Vous pouvez aller lire le détail de celles-ci sur leur site, onglet « nos activités ».

Comme dit un peu plus haut, l’association se concentre sur 2 pôles :

  • Emploi et activité économique
  • Habitat et lien sociale

Nous nous sommes rendues précisément à Saint –Marcel, un de leurs lieux d’activité, à « GRAINE DE COCAGNE », un site de maraîchage lié au réseau national « Réseau Cocagne » riche de 120 jardins qui développe la vente de paniers bio en circuit-court (promotion des produits locaux).

Les locaux en fête lors des portes ouvertes début Octobre ! Source photo : http://www.saintmarcelblog.com/

Aux origines de l’association, cette activité se trouvait à la ferme des Ufernets, rappelez-vous, la fameuse ferme du Curé Collet à Toulaud en Ardèche. Désormais, cette dernière est consacrée à l’Habitat, l’activité de Pension de Famille et à l’Achillée (entre autres…).

A Graine de Cocagne se développent toutes les activités de maraichage (plein champs, serres) sur 3,5 ha de terres, principale activité de Parenthèse. Pour notre visite, nous avions la chance d’avoir le beau soleil qui accompagne merveilleusement cet été indien, et Paul Jones, un des bénévoles de l’association chargé de la communication. Paul nous a fait visiter le site et nous avons échangé avec le reste de l’équipe durant le repas partagé.

Les 28 jardiniers employés_ des inactifs en insertion _ sont sous la responsabilité de 3 encadrants maraîchers, d’Alain Etienne,directeur du pôle Emploi & Activité Economique de Parenthèse, d’Olivier Langnel Assistant Administratif et Commercial et d’une accompagnatrice sociale.

La vie de Graine de Cocagne s’articule autour de la vente des légumes certifiés bio sur les marchés, pour quelques cantines et restaurants également. Le plus gros des ventes se fait par le biais de leurs paniers de légumes hebdomadaires (avec une capacité de 300 paniers par semaine) dans les locaux de St Marcel ou en point de vente relais dans toute la région valentinoise. Une organisation que j’ai trouvée très bien pensée ! On ne peut que vous recommander, après avoir goûté aux dernières tomates de la saison, d’aller faire un tour sur leur site. La très bonne idée, avant de vous abonner à l’année pour les paniers, c’est que vous pouvez les tester ! Ils sont toujours accompagnés par ailleurs de leur « feuille de chou » _ ils ont su rester raccord !_ de nouvelles, recette de la semaine, … .

Sur les lieux, on trouve également des ruches, un hôtel à insectes ; l’équipe développe des parcours pédagogiques en lien avec les écoles d’horticulture, et lorsque la demande en paniers de légumes se fait calme durant les vacances d’été,  les légumes récoltés sont transformés en atelier spécialisé, (confitures, ratatouilles, …) plutôt que d’être gâchés _ solidaires même avec les légumes, c’est sympa hein !_ puis revendus sur le point de vente ou les marchés.

2014-10-24 12.44.50

L’activité économique est ainsi élargie, l’offre de formations aux personnes en insertion également.

On salue également les locaux qui sont éco-construits et la présence de toilettes sèches. Cohérents jusqu’au bout, ils le sont !

Dernières explications de la part d’Alain, le directeur qui a répondu si amicalement à notre curiosité : Parenthèse travaille localement avec petites et grandes entreprises ; le CEPS ou Club d’Entreprises Partenaires et Solidaires, permet ainsi la mise en place d’actions de coopération, dans le but de développer de nouvelles activités économiques solidaires, de bénéficier de leur mécénat (de compétences, aides financières…).

Particuliers ou entrepreneurs, vous pouvez être partenaires de Parenthèse : mécène, abonné des paniers ou bénévole, et être acteur d’une alternative économique et sociale, Graine de Cocagne ! Dans une société où nous nous sentons habituellement dépossédés de ce pouvoir d’influencer les choses, il existe des initiatives très porteuses de ce changement auquel nous aspirons.

Parenthèse porte agréablement son nom, tant pour les visiteurs _nous !_ et plus surement encore pour les travailleurs en insertion.

 Camille

Publicités